Loading...

Baselworld 2014 : l’horlogerie à la conquête de nouveaux marchés

Mercredi 26 mars se tenait la conférence de presse qui ouvrait l’édition 2014 du salon Baselworld, haut lieu de l’horlogerie et de la joaillerie. En maîtres de cérémonie :

  • Sylvie RITTER – Directrice de Baselworld
  • François THIEBAUD – Président du Comité des exposants suisses à Baselworld
  • René KAMM – Président Directeur Général du groupe MCH
  • Jacques J. DUCHENE – Président du Comité des exposants

Cette conférence fut tout d’abord l’occasion de rappeler l’ampleur de l’événement : Baselworld attire en effet les foules du monde entier. Les visiteurs et les journalistes sont chaque année plus nombreux à se rendre à Bâle pour découvrir les dernières innovations horlogères et pour observer les dernières tendances. Pour les exposants, Baselworld est bien entendu une formidable vitrine ; c’est aussi l’occasion de sonder le public avant de lancer officiellement un produit sur le marché.

Mais Baselworld, c’est aussi l’opportunité de faire un diagnostic complet du marché de l’horlogerie Swiss Made : chiffres, tendances, axes de développement, etc …

L’industrie horlogère suisse confirme sa bonne santé

Sans surprise, l’Asie représente plus de la moitié des exportations (53%). Elle est suivie de l’Europe (34%) et des Etats-Unis (14%). La Chine concentre aujourd’hui tous les regards : le goût des Chinois pour les produits de qualité et l’augmentation régulière de leur pouvoir d’achat en font une clientèle de choix pour les grandes maisons horlogères. L’accord de libre-échange signé en juillet 2013 entre la Suisse et la Chine va bien entendu participer à l’augmentation des exportations vers ce pays. Des discussions sont également en cours entre le gouvernement suisse et l’Inde pour aboutir à un accord de libre-échange.

Même si le temps de la croissance à 2 chiffres semble révolu, les exportations ont tout de même progressé de près de 2% en valeur entre 2012 et 2013. Les chiffres observés sur les premiers mois d’activité de 2014 sont encourageants : on note une augmentation des exportations en valeur de l’ordre de 6 à 7% par rapport à la même période en 2013.

Autre point positif : le nombre d’apprentis dans la filière horlogère est en nette augmentation. Monsieur DUCHENE n’a pas manqué de rappeler à quel point cette main-d’oeuvre qualifiée est d’une importance stratégique pour la pérennité du secteur.

Quelques grains de sable dans cette mécanique si bien huilée

La main-d’oeuvre qualifiée : une problématique à laquelle l’industrie horlogère suisse a l’habitude d’être confrontée. Suite à la proposition de l’Union Démocratique du Centre, le vote anti-immigration du mois de février risque de lui compliquer davantage la tâche. Dans la filière horlogère, les étrangers représenteraient 50% de la main-d’oeuvre. Sont inclus dans ces 50% les frontaliers mais également les étrangers résidant aujourd’hui en Suisse. Affaire à suivre.

La Chine représente un axe de développement majeur, mais ce n’est plus l’Eldorado des années 2000 – 2010. Malgré l’accord de libre-échange signé l’an dernier, trois problèmes majeurs subsistent :

  • la contrefaçon qui fait actuellement l’objet d’une vaste campagne de communication,
  • la campagne anti-corruption que le gouvernement chinois est en train de mener à l’encontre de ses fonctionnaires (la montre de luxe est le symbole de la corruption aux yeux d’un grand nombre de Chinois),
  • la TVA de 20% sur les produits de luxe (produits de plus de 1 400 CHF). Cette TVA s’ajoute à la taxe douanière (taxe qui a baissé grâce aux accords de libre-échange) et à la TVA générale de 17%. Malgré les accords, l’accumulation des taxes freinent les exportations de montres de luxe.

Baselworld 2014 en images

Le Swiss Made reste une valeur sûre. Baselworld est là pour nous le rappeler. La qualité des pièces exposées, l’excellence des réalisations, la maîtrise technique sont les reflets d’un savoir-faire suisse séculaire.

Baselworld en images :

Alexandre DUBS, 26/03/2014